AT LANGUAGEWORLD

Une erreur de traduction peut-elle nuire à votre marque?

erreur marque

Traduction et image de marque doivent former un tandem pour toute marque ayant pour objectif de développer son activité vers d'autres pays. Ce sont deux concepts qui se complètent et sont étroitement liés. De nombreuses marques ne leur donnent pas suffisamment d'importance, générant ainsi les crises si craintes qui nuisent à la réputation.

Combien de fois avons-nous vu sur le Web des cas qui ont fait le buzz dans lesquels des marques traduisent mal leurs produits ou le nom de leur propre marque ? Vous vous souvenez sans doute de quelques uns. Nous vous montrons ci-après ceux qui ont eu un impact plus fort :

Zara

L'entreprise du groupe Inditex, Zara, a commis une erreur de traduction pour l'un de ses produits lors de son lancement sur le marché allemand. L'erreur de traduction correspondait au nom que la marque a donné à l'une de sandales, qu'elle a appelées “Sklavensandalen” (esclaves). Pourquoi cela a-t-il généré une grande agitation sur les réseaux sociaux ? Le terme anglosaxon "slave" a une traduction différente en allemand et s'est avéré être offensif pour la population allemande puisqu'elle l'associait à des concepts liés à l'esclavage.

Sandales Zara

La réponse de Zara fut immédiate, elle retira instantanément le produit de son site Web et publia en plus ses excuses.

Gerber

Gerber, marque américaine d'aliments pour bébés de la multinationale Nestlé, s'est plongée dans un processus d'internationalisation sans prendre en compte l'importance de la traduction du nom de la marque, ce qui a provoqué une diminution significative de ses ventes.

Le pays fut la France, où Gerber signifie "vomir", un concept totalement inapproprié et à cause duquel la marque n'a pas atteint ses objectifs de ventes dans l'Hexagone.

General Motors

General Motors, entreprise américaine d'automobiles, de camions et de moteurs, a concentré le développement de son activité sur le marché latino-américain.

La marque a lancé un nouveau modèle de voiture appelé "Chevy Nova" sans se rendre compte du sens de "no va" (ne fonctionne pas) en espagnol. Après avoir observé que son nouveau modèle ne se vendait pas bien et connaître la raison pour laquelle ses ventes n'étaient pas optimales, elle décida de changer son nom pour "Caribe" (Caraïbe en espagnol) sur les marchés hispanophones.

Ces exemples nous aident à constater que le marketing est une culture et la culture est la langue. Pour pouvoir s'internationaliser avec succès dans d'autres marchés, il est recommandé de prévoir un service de traduction professionnel et de qualité.

Connaissez-vous d'autres cas ?