AT LANGUAGEWORLD

Traduction professionnelle dans le secteur financier

Traduction dans le secteur financier

La traduction financière nécessite un degré élevé de spécialisation et, sans aucun doute, une connaissance approfondie du secteur. En effet, de nombreux documents financiers ont également une forte composante juridique, et le traducteur doit posséder un bagage de connaissances tant sur le plan financier que juridique.

 

Caractéristiques de la traduction dans le secteur financier

Au vu du degré élevé de connaissances techniques qu'elle exige, la traduction financière est l'une des spécialités les plus complexes. Elle a pour but de traduire tous types de textes relatifs au secteur financier. Cette spécialité comporte différents types de textes, mais les plus courants sont exposés ci-après :

  • Traduction d'audits
  • Traduction de mémoires
  • Traduction des comptes annuels
  • Traduction de documents boursiers
  • Traduction de demandes de subventions
  • Traduction de rapports : gestion, investissement, crédits
  • Traduction d'applications
  • Traduction d'états financiers
  • Traduction de marketing financier
  • Traduction de conseils d'administration
  • Traduction de procès-verbaux d'assemblées d'actionnaires
  • Traduction de sites Web spécialisés dans la finance

Les clients les plus courants sont les entités financières et les entreprises ayant des besoins spécifiques. C'est le cas par exemple des structures qui, au vu de leur nature, doivent présenter leurs comptes annuels dans plusieurs langues.

 

Les défis de ce type de traduction

Les traductions du secteur financier impliquent différents défis pour les traducteurs, qui ajoutent à la complexité de ce type de traduction :

  • La quantité importante d'expressions en anglais. Les traducteurs financiers doivent en être conscients à tout moment, et choisir d'utiliser le terme en anglais ou dans la langue cible.
  • La terminologie et la forme des documents financiers varient en fonction du pays. Par exemple, s'il faut traduire les comptes annuels d'une entreprise, la terminologie varie en fonction des plans comptables généraux du pays où ils seront présentés, et le traducteur doit donc se conformer à la terminologie du pays en question. Il existe également une comptabilité internationale qui dispose de son propre lexique, et le client peut demander à ce qu'une terminologie soit employée plutôt qu'une autre.
  • La nécessité d'être au courant de l'actualité financière. Bien que tous les secteurs évoluent en permanence, ils ne le font pas tous au même rythme. Le monde de la finance, lui, évolue rapidement et constamment. Afin de garantir une traduction financière de qualité professionnelle, le traducteur doit être au fait de la situation économique et juridique.
  • Les marchés financiers peuvent, par exemple, connaître des évolutions radicales. Ces changements peuvent même se produire en quelques minutes. Si le traducteur n'est pas suffisamment au fait des derniers développements financiers et économiques, il est susceptible de commettre des erreurs de traduction, ce qui peut avoir des conséquences graves.
  • Une traduction financière doit également être effectuée avec une rigueur à toute épreuve. En ce qui concerne le document en soi, il est essentiel de respecter des règles strictes en matière de présentation, qui dépendent du type de document (communiqué, rapport d'audit, notice, etc.).
  • Enfin, s'il est spécialisé dans le monde de la finance, le traducteur doit avoir une connaissance approfondie du secteur, car son lexique comporte de nombreuses connotations qui peuvent avoir un sens différent en fonction du contexte.

Quelles différences existe-t-il entre un traducteur financier et un traducteur généraliste ?

Il existe plusieurs différences entre un traducteur financier spécialisé et un traducteur généraliste qui traduit également des textes économiques. Le traducteur financier doit avoir une connaissance approfondie des différentes branches de l'économie, une expérience préalable de la réalisation de projets de traduction spécialisés dans le domaine économique, une connaissance des coulisses du marché des valeurs, une certaine aisance dans la recherche et la comparaison de données économiques en temps réel, etc.

Un bon traducteur financier doit aussi faire preuve d'un désir inné d'apprendre en permanence. Le secteur financier change constamment. Le traducteur doit donc être en mesure d'absorber régulièrement des connaissances spécifiques, et se tenir au courant des développements dans le secteur.

Un traducteur financier doit être capable de mettre à jour lui-même ses connaissances techniques, mais il doit aussi posséder la curiosité qui lui permet de comprendre le contenu et le but des documents financiers qu'il est censé traduire, et être en mesure d'identifier facilement les sources officielles d'informations économiques, de distinguer rapidement les informations véridiques des fausses nouvelles destinées à déstabiliser ou à perturber le paysage économique international, etc.

Dernier point, mais non des moindres, un traducteur financier doit respecter strictement les accords de confidentialité.

 

Besoin d'une traduction dans le secteur financier ?

La traduction financière est l'une des spécialisations les plus appréciées, mais également l'une des plus compliquées en raison de la rigueur qu'elle exige et de son lexique spécifique. Nous vous recommandons donc de faire appel à une entreprise de traduction spécialisée dans ce domaine.

Chez AT, nous disposons d'un service de traduction spécialisé dans le secteur financier, car nous sommes le partenaire linguistique de certains des acteurs financiers les plus importants. En plus de leur offrir la traduction de tous types de documents et de fichiers, nous leur proposons des solutions technologiques personnalisées destinées à gérer leurs besoins multilingues. Vous souhaitez qu’on en parle ?

Subscribe
Notify of
guest
0 Comments
Inline Feedbacks
View all comments