AT LANGUAGEWORLD

La langue, une barrière à l'internationalisation

Mappemonde SEO

 

Encore en 2016, la langue reste l'un des obstacles les plus difficiles à surmonter en matière de commerce électronique. Mis à part les grandes plateformes d'e-commerce, qui ont atteint un très haut niveau de localisation de leurs contenus, la plupart des sites web concentrent leurs efforts sur un seul marché, souvent limité par la langue dans laquelle ils peuvent générer et contrôler les contenus.

Comment briser les barrières linguistiques?

Traduction avec approche massive

Dans de nombreux cas, lorsqu'une plateforme d'e-commerce envisage une expansion à l'international, elle choisit un marché massif, pouvant lui garantir une grande rentabilité de l'investissement réalisé, même si elle ne vise qu'une petite part de marché. C'est le cas d'une expansion vers le marché nord-américain ou le marché chinois. Au cours de ces dernières années, le marché chinois a changé sa tendance à l'exportation pour devenir l'un des principaux consommateurs de produits européens. L'absence de concurrents dans des niches de marché très concrets fait de ce pays un excellent candidat pour débuter sa stratégie d'expansion. L'investissement nécessaire pour traduire tout le contenu en chinois reste faible par rapport à la rentabilité que l'on peut obtenir en conquérant un petit pourcentage d'utilisateurs, puisqu'il s'agit d'un pays de plus d'un milliard d'acheteurs potentiels.

Le marché européen, un défi pour les petites et moyennes entreprises

Par contre, pour les PME une des stratégies les plus importantes est d'accéder au marché unique européen. Faire le saut et devenir une entreprise capable de couvrir l'ensemble du territoire de l'Union européenne veut dire avoir accès à 25% de l'économie mondiale et atteindre 50% des internautes mondiaux. En revanche, l'un des principaux obstacles rencontrés est la diversité de langues et de cultures qui cohabitent dans cet espace réduit.

Actuellement, le prix élevé des traductions est une barrière pour les PME qui souhaitent accéder aux principaux marchés européens. Cela leur empêche d'atteindre tout leur potentiel et fait également obstacle à la croissance économique en Europe. Voilà pourquoi les entreprises dédiées à la technologie linguistique, en collaboration avec les administrations, cherchent à introduire des améliorations constantes dans la traduction automatique et travaillent pour réussir une baisse des prix de traduction.

Dans ce contexte, c'est tout à fait compréhensible que la plupart des entreprises aient la tentation de traduire uniquement leurs contenus dans les langues dominantes (anglais, français ou allemand). Cela représente un moindre investissement et facilite considérablement la gestion des contenus. En revanche, les études menées sur la perception et les tendances d'achat des utilisateurs montrent que le fait decommuniquer avec les clients potentiels dans leur langue maternelle augmente six fois plus la probabilité d'achat. 52% des Européens n'achètent pas de produits ou de services sur les sites web qui ont seulement l'anglais comme langue de communication, tandis qu'il existe une perception positive des clients et un taux de transformation plus important pour les sites web offrant leur contenu dans des langues locales ou régionales.

De plus, la traduction vers une langue locale ou régionale offre la possibilité de se différencier et de se positionner face à des concurrents qui ne misent que sur des langues dominantes, où le marché est actuellement saturé. Si vous misez sur une traduction localisée, la probabilité d'atteindre une meilleure position et une plus grande visibilité augmente.